ARGUMENTS CLÉS Qu’est-ce que le Green New Deal nous offre ?

Le Green New Deal a été conçu dans le but de construire des économies et des sociétés qui seront favorables à toutes et à tous, ainsi qu’à la planète que nous partageons, aujourd’hui tout comme demain. Il crée des avantages environnementaux, sociaux et économiques grâce aux mesures suivantes:

  

  • Faire des économies et générer des recettes

  • Stopper le changement climatique

  • Protéger les ressources naturelles

  • Créer des emplois verts de qualité

  • Rétablir la justice sociale

  • Modes de vie sains et prospérité pour tous

  • Promouvoir l’éducation et la formation

  • Renforcer le pouvoir de la jeunesse

  • Encourager les industries innovantes et compétitives

  • Créer des économies durables et résilientes

Prev
Next

Éviter les coûts futurs liés au changement climatique

Combattre le changement climatique maintenant coûterait au total la somme modeste de 2% du PIB de l’UE, soit beaucoup moins que les dépenses des pays membres de l’UE dans le secteur de la défense. Cependant, ce pourcentage va augmenter très rapidement plus nous attendrons. De plus, les coûts futurs liés au changement climatique résultant de l’approche du statu quo dépasseraient de loin les dépenses nécessaires aujourd’hui pour effectuer la transition vers des économies à faibles émissions de carbone. Il existe de bonnes raisons économiques pour ne pas repousser les investissements : dans le cas contraire, les coûts augmenteront chaque année. En savoir plus


Dépenser moins en énergies polluantes

L’UE est très dépendante des importations de combustibles fossiles qui représentent entre 2 et 3% de son PIB chaque année (près de 300 milliards d’euros), il existe donc de bonnes raisons économiques pour réduire cette dépendance de manière drastique. Le plus grand potentiel de réductions des coûts est lié à l’investissement dans l’efficacité énergétique, un secteur dans lequel l’UE prend actuellement du retard. La Commission européenne a suggéré que l’amélioration de l’efficacité énergétique pourrait résulter en près de 200 milliards d’euros d’économies au total. En savoir plus


Recettes publiques supplémentaires

Les difficultés fiscales de taille que doivent affronter les états membres de l’UE ont porté préjudice à leur capacité à fournir un soutien public au secteur écologique. Dans ce contexte, le Green New Deal offre des moyens justes de générer d’importantes recettes additionnelles pour l’État, par exemple en s’attaquant à l’évasion fiscale et en taxant le secteur financier qui est responsable de la crise mais a ensuite bénéficié d’énormes subventions aux frais des contribuables, sans même payer sa juste part d’impôts. De plus, un marché européen du carbone (EU ETS) renforcé et des taxes sur le carbone pourraient aider à générer des recettes supplémentaires considérables. En savoir plus

Financement venant en majorité du secteur privé

Un rapport commandé par les Verts/ALE du Parlement européen conclut que la plus grande partie des sommes requises pour financer le Green New Deal proviendra d’investissements rentables effectués par le secteur privé. Le potentiel d’épargne privée et d’actifs financiers disponibles est suffisamment important. Il sera également important que le secteur public apporte son soutien afin de stimuler les investissements privés et de lancer le Green New Deal. Ce soutien pourra prendre différentes formes dont des crédits d’impôt, des subventions, des tarifs de rachat favorables ou des investissements écologiques co-financés. Dans la majorité des cas, même un financement public modeste peut suffire à attirer des fonds privés considérables. En savoir plus

Le réchauffement climatique est indéniable 

Le dernier rapport du GIEC montre que les scientifiques sont plus que jamais certains de l’influence des hommes sur le changement climatique, et combien il serait dangereux de ne pas prendre de mesures pour réduire les émissions de carbone. Le changement climatique nous touche déjà de plein fouet et son effet ne pourra que s’aggraver à mesure que la vitesse du changement continue de s’accélérer. En savoir plus

 

Le changement climatique n’épargne pas les pays riches

Certains des décisionnaires venant des pays les plus riches semblent souvent croire que peu importe l’évolution du changement climatique, le monde trouvera toujours un moyen de s’y adapter. Cependant, les catastrophes naturelles récentes survenues aux États-Unis, en Australie et en Europe démontrent que c’est loin d’être le cas, même pour les régions du monde qui ont les moyens d’investir dans la recherche et le développement, les technologies et les infrastructures. En savoir plus


Effets du changement climatique sur les îles européennes 

Une étude commandée par les Verts du Parlement européen explique les effets du changement climatique sur les îles européennes dans les secteurs de la sécurité, de la migration ainsi que de la biodiversité. Elle évalue également les coûts résultant de l’inaction dans les domaines clés. En savoir plus

Le changement climatique, la déforestation, la désertification et la perte de la biodiversité représentent tous le déclin de notre environnement. Les ressources vitales sont presque épuisées. Nos économies n’arrivent pas à planifier à long terme alors que la dégradation de notre environnement représente une menace pour nous tous. En même temps, l’importance de la biodiversité (c’est-à-dire les millions d’espèces biologiques qui constituent nos écosystèmes) pour la santé humaine est de plus en plus reconnue.

Dans le cadre d’une nouvelle approche plus responsable, le Green New Deal a lancé une action importante visant à protéger l’environnement et à préserver nos ressources naturelles pour les générations futures. Cet objectif est à la base de chaque mesure politique présentée par le Green New Deal, qu’il s’agisse de transformer nos modes de  production ou nos styles de vie.

En savoir plus sur la façon dont les Verts/ALE défendent la protection de nos ressources naturelles au Parlement européen.

Emplois verts : succès et opportunités pour l’Europe

Le chômage est l’un des problèmes les plus urgents d’Europe. En même temps, la crise climatique et environnementale devient de plus en plus grave. Il existe pourtant une issue: en écologisant nos économies, nous pouvons créer des emplois verts de qualité afin de lutter contre le chômage tout en combattant simultanément le changement climatique et le déclin environnemental. Une brochure publiée par le groupe des Verts/ALE au Parlement européen met en exergue les opportunités qui existent en Europe pour la création d’emplois verts, et présente les efforts des Verts pour renforcer ces emplois verts. Cette brochure décrit également comment des emplois verts ont été créés avec succès dans toute l’Europe. En savoir plus

 

Politiques écologiques pour créer des emplois verts

Étant donné la gravité du chômage actuel en Europe, le fait que le Green New Deal devrait créer de nombreux emplois supplémentaires revêt une importance particulière. Tandis que des emplois seront créés dans les industries et services écologiques pour répondre aux vastes besoins en matière de compétences, des emplois seront aussi supprimés dans les industries polluantes. Les mesures politiques en faveur de la reconversion des travailleurs sont donc essentielles. Un fonds de transition vers de faibles émissions de carbone devrait été créé en vue de requalifier les travailleurs et d’éviter un chômage structurel. Les emplois associés à l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment pourraient aider à réemployer près d’un million de travailleurs peu qualifiés actuellement au chômage. Pour en savoir plus, consultez le rapport « Financer le Green New Deal ».

 

Le volet emploi du Green New Deal

Un document de travail publié par les Verts/ALE du Parlement européen explique clairement les solutions politiques écologiques permettant de créer des emplois verts et de fournir la formation nécessaire pour ces derniers. Il recommande de faciliter la transition vers une société plus écologique ainsi que plus ouverte et il détaille le financement européen nécessaire pour soutenir le Green New Deal. Pour en savoir plus, consultez le document de travail des Verts/ALE.

 

Transformer l’économie pour créer des emplois verts

Un document de politique générale des Verts européens explique que la transformation écologique développera de nouvelles activités dans des secteurs aussi divers que l’énergie, les transports, le bâtiment, l’agriculture, l’éducation, la santé et les services sociaux. De même, les activités existantes doivent être remaniées afin d’optimiser leur efficacité concernant l'utilisation des ressources et de l’énergie. Il existe un fort potentiel en matière de création d’emplois à travers l'ensemble dela chaîne de valeur; de la recherche et du développement à la production, à la distribution et à la réparation en passant par la transformation des emplois existants en des emplois verts de qualité dans l’ensemble de l’économie. Le processus d’écologisation peut débuter dès maintenant, dans tous les secteurs. Pour en savoir plus, consultez le document de politique générale. 

Rétablir la justice sociale - au cœur du Green New Deal

L’objectif du Green New Deal est de permettre à chaque personne de cette planète de profiter d’une qualité de vie durable. Cela requiert des actions audacieuses afin d’assurer une redistribution plus juste des richesses et de rendre la société plus ouverte. Le processus d’écologisation doit également être juste au niveau social, il est donc essentiel de préserver une sécurité sociale forte pour les travailleurs et citoyens durant et après cette transition. Pour en savoir plus, consultez le document de politique générale du Parti vert européen sur la dimension sociale du Green New Deal..

 

Lutter contre le chômage, créer des emplois décents et renforcer l’insertion sociale

Le Green New Deal fournit une stratégie visant à combattre le chômage, créer des emplois décents et améliorer la santé ainsi que la sécurité. Il aspire à fournir un meilleur équilibre entre le travail et la vie privée ainsi qu’à conserver les droits à l’aide sociale. Cela inclut des services d’intérêts généraux de qualité, disponibles et accessibles à tous, y compris les services sociaux et les soins de santé. Cela comprend aussi la création d’emplois décents pour tous. Pour en savoir plus, consultez le document de travail des Verts / ALE sur le volet emploi du Green New Deal.

 

Atteindre l’égalité des sexes

En dépit d’améliorations considérables en matière d’égalité des sexes durant les dernières décennies, les femmes sont encore victimes de discriminations sur leur lieu de travail, par exemple au niveau de leur salaire, des contrats précaires et du travail involontaire à mi-temps. Même les emplois verts sont dominés par les hommes, en particulier dans le secteur des sciences et des technologies. Le Green New Deal entend aussi s’attaquer à ces inégalités. Nous ne pouvons pas nous permettre d’exclure les femmes de la transition vers une économie verte ! Pour en savoir plus, consultez le document de politique générale des Verts européens.

 

Un financement juste, une réduction des inégalités

Le Green New Deal est financé de manière juste. Il ne s’attaque pas seulement à l’évasion fiscale mais il taxe aussi le secteur financier, qui est responsable de la crise mais a été sauvé aux frais des contribuables, sans par ailleurs contribuer sa juste part d’impôts. Les taxes écologiques sur la pollution et l’utilisation des ressources viendraient remplacer d’autres taxes plus régressives telles que les cotisations à la sécurité sociale et les impôts sur le revenu qui s’appliquent aux ménages à faibles revenus et freinent la création d’emplois. De plus, ces recettes fiscales écologiques pourraient être recyclées en soutenant des mesures d’efficacité énergétique pour les ménages à faibles revenus et en créant des exonérations fiscales pour un nombre minimum de kilojoules consommés par ménage, le but étant de réduire les inégalités. Pour en savoir plus, consultez le rapport « Financer le Green New Deal ».

 

Renforcer l’économie solidaire

Les activités économiques basées sur la solidarité, les établissements de prêts locaux et l’octroi de petits crédits et de micro-crédits devraient être encouragées autant que possible. Les entreprises sociales, les installations solaires et les éoliennes locales, les initiatives en coopératives, les réseaux de troc alternatif, les systèmes de monnaie régionale ou les réseaux d’échange prennent de plus en plus d’importance. Le Green New Deal soutient ces initiatives, il associe ainsi les préoccupations concernant la justice sociale à l’activité des entreprises. Pour en savoir plus, consultez la publication de plusieurs Verts membres du Parlement européen.

Le respect des limites environnementales de notre planète différencie le Green New Deal des autres plans d’investissement. Nous devons empêcher notre planète d’atteindre son point de rupture. En même temps, nous devons fournir une chance de prospérer à tous les êtres humains du monde. Cela signifie qu’une société industrialisée telle que la nôtre doit redéfinir ses modes de vie ainsi que le type de prospérité auquel nous aspirons. Il s’agit d’un défi colossal... mais aussi d’une opportunité !

 

Une société post-croissance pour le 21e siècle

La croissance économique est habituellement considérée comme étant le mécanisme par défaut pour assurer la prospérité. Dans un monde dominé par des taux de croissance en déclin et des restrictions écologiques, le Green New Deal nous invite à sortir des sentiers battus et à développer des stratégies qui ne se basent pas sur la croissance pour atteindre la prospérité, pour élaborer des politiques d’emploi, des systèmes de retraite et de santé ainsi que pour combattre les inégalités. En savoir plus, sur les challenges et les opportunités d’une société post-croissance.

 

Travailler plus ? Travailler moins ?

Un objectif essentiel de la transformation durable de notre économie est la création d’emplois verts de qualité. Cependant, nous ne pourrons pas recourir aux anciennes méthodes si nous désirons que chacun puisse profiter de la prospérité et d’une bonne qualité de vie au sein des limites physiques de notre planète. Le temps de travail pourrait jouer un rôle important dans le changement de système nécessaire pour atteindre ces objectifs. Il est probable que la réduction du temps de travail améliore la qualité de vie de chacun en assurant un meilleur équilibre entre le temps de travail et les loisirs ou le temps passé en famille. En donnant la priorité au temps libre au lieu de la productivité et du consumérisme, une réduction collective du temps de travail pourrait favoriser des modèles de consommation durables, augmenter l’engagement au sein de la communauté et améliorer la distribution des rôles entre hommes et femmes. En savoir plus

 

Pourquoi avons-nous besoin d’un Green New Deal ? Faire le choix d’une vie qui vaut la peine d’être vécue

Le Green New Deal est un effort de transformation qui créera un espace où chacun pourra vivre, travailler, consommer, s’identifier et se déplacer tout en respectant les limites physiques de notre planète. Le changement ne peut pas être imposé d'en haut puis mis en œuvre unilatéralement. Il est suscité par les citoyens, les associations, les entreprises et les communautés locales qui franchissent de petites étapes de manière individuelle et collective ainsi que par l’action gouvernementale. Des efforts dans les deux sens sont nécessaires puisqu’ils se complètent. Si nous voulons sérieusement changer la direction et la raison d’être de notre société, nous devons nous remettre en question concernant quatre éléments clés du changement : nos relations avec les êtres humains, les choses, le temps et l’espace. En savoir plus

 

Pour un meilleur équilibre entre travail et vie privée

Une transition juste vers une société plus durable doit également inclure une refonte radicale de notre façon d’organiser le travail, de notre séparation entre le travail rémunéré et non rémunéré ainsi que de notre répartition sexuée des soins. L’écologisation de l’économie devrait aller de pair avec une nouvelle approche de vie qui offrirait un équilibre social véritable entre le travail et la vie privée, avec des périodes d’emploi rémunéré, d’éducation, de vie de famille, de soins, de loisirs, de volontariat et de retraite, toutes étant judicieusement élaborées de façon à ce que chacun en profite. Durant ce processus, les revenus et le temps doivent être répartis de façon équitable entre les sexes, avec les mêmes exigences pour les hommes et les femmes. Pour en savoir plus, consultez le document de travail des Verts/ALE du Parlement européen.

 

Chacun a le droit à l’éducation, à la formation et à l’apprentissage en continu

Le document de politique générale sur la dimension sociale du Green New Deal explique son but d’instaurer le droit de tout travailleur à la formation et à l’apprentissage en continu. L’éducation aussi est un droit et devrait être accessible à tous, même sur le plan financier. La tendance que suit l’économie actuelle est de renvoyer les travailleurs quand ils ne conviennent plus,  au lieu d’investir dans la qualification et la formation des personnes. La formation et en particulier les stratégies d’apprentissage tout au long de la vie devraient être considérées comme des investissements et non comme des coûts. Pour en savoir plus, consultez le document de politique générale des Verts européens.


L’éducation pour une société durable

La transition vers une économie verte basée sur les connaissances requiert une offensive en matière de formation et de compétences, la base de l’apprentissage en continu et de la formation professionnelle étant une éducation de qualité pour tous. L’échec de l’éducation est à l’origine de nombreux problèmes dont l’exclusion, la discrimination, le chômage et la pauvreté. Le Green New Deal est conçu pour veiller à ce que les systèmes éducatifs garantissent l’accès de tous à la connaissance et aux compétences. Pour en savoir plus, consultez le document de travail des Verts du Parlement européen. 

Renforcer le pouvoir de la jeunesse

Le chômage des jeunes atteint des taux sans précédent en Europe. Des millions de jeunes sont déscolarisés, au chômage ou sans formation et risquent l’exclusion ; les commentateurs parlent déjà d’une « génération perdue ». Pendant ce temps, les gouvernements continuent à faire des promesses vides tandis que des politiques contre-productives de gestion de la crise continuent à détruire ce dont a besoin la jeune génération pour son avenir, en particulier dans le sud de l’Europe. Le Green New Deal se fait le relais du droit des jeunes à une vie décente, dont leur droit de travailler et d’être impliqués dans les décisions concernant leur avenir. En savoir plus sur la façon dont le Green New Deal se fait le relais du futur pour les jeunes Européens.

Compétitivité grâce à un leadership écologique

En assumant un rôle de chef de file en termes d’écologie, l’Union Européenne pourrait générer des exportations supplémentaires et augmenter sa croissance. De nombreux projets d’efficacité énergétique devraient avoir des taux de rentabilité internes positifs en raison d’une réduction considérable des coûts énergétiques. L’économie bénéficierait également d’être moins exposée aux prix variables des combustibles fossiles étant donné que sans mesures supplémentaires, les estimations prédisent que l’UE devra bientôt importer 70% de l’énergie totale qu’elle consomme et 90% de son pétrole. La « décarbonisation » de l’économie européenne permettrait de réduire les dépenses énergétiques totales de l’UE en économisant jusqu’à 350 milliards d’euros par an d’ici 2050. Si l’Europe devenait chef de file des technologies propres, elle pourrait générer 25 milliards d’euros d’exportations supplémentaires. En savoir plus


Les impôts verts favorisent la compétitivité 

Il existe une marge de manœuvre importante pour contrebalancer une augmentation des impôts environnementaux par une réduction des impôts sur le travail. 50% de toutes les recettes fiscales des pays membres de l’UE proviennent des impôts sur le travail. En comparaison, 6,1% de ces recettes sont issues des impôts environnementaux. Ce déséquilibre de taille est contre-productif puisque les impôts sur le travail constituent un obstacle à l’emploi. En déplaçant cette charge vers la pollution et l’exploitation des ressources, la demande de main-d’œuvre augmenterait et la compétitivité des secteurs à forte main d’œuvre s’améliorerait tout en favorisant les investissements écologiques. En savoir plus


Les affirmations sur la fuite des industries sont exagérées

Les études empiriques ont montré que les affirmations relatives à la fuite des industries due à une tarification européenne appropriée du carbone sont exagérées. Dans le cadre du marché européen du carbone (EU ETS), sans attribution gratuite de quotas, moins de 2% des émissions de l’UE risqueraient d’être délocalisées. Cependant, même si l’UE agit plus rapidement que d’autres régions du monde, ce n’est qu’une question de temps avant qu’elles aussi doivent rendre leurs régulations plus exigeantes pour les émissions de gaz à effet de serre, toute économie résultant d’une délocalisation serait donc selon toute vraisemblance seulement temporaire. Il est vital de ne pas oublier que le prix maintenant associé aux actions luttant contre changement climatique reste modeste mais qu’il va augmenter rapidement plus nous attendrons pour prendre des mesures efficaces. En savoir plus 

L’innovation est essentielle pour la « révolution écologique » industrielle 

La politique industrielle écologique, la pièce maitresse du Green New Deal, est plus qu’une plateforme pour les industries développant des technologies environnementales. Elle nous fournit les instruments nécessaires pour promouvoir toute une série d’innovations radicales qui sont essentielles pour réussir la transformation écologique de nos économies et de nos industries. Pour en savoir plus, consultez le rapport publié par la Green European Foundation.

Le Green New Deal nous offre les moyens de construire notre système économique sur de nouvelles fondations qui pourront servir de base à nos enfants et à nos petits-enfants. De cette manière, nous pouvons façonner des économies résistantes aux crises, humaines et respectueuses de l’environnement, qui pourront prospérer aujourd’hui tout comme dans le futur.

 

Atténuer la bulle de carbone et construire un système financier résilient

Les institutions financières publiques et privées continuent d’injecter des millions dans les entreprises de combustibles fossiles, ce qui augmente le prix de leurs actions, comme si leurs réserves fossiles allaient toujours continuer de se vendre sur le marché. Il s’agit d’une supposition erronée puisque ces réserves doivent être gardées dans le sol, en tant qu’actifs non performants, si nous désirons stopper le changement climatique dangereux. L’éclatement de cette bulle pourrait résulter en un choc dû au carbone qui aurait de sévères répercussions sur notre système financier. La manière la plus économique d’atténuer ce risque serait d’embrasser des politiques climatiques et énergétiques ambitieuses visant à une transition rapide et décisive vers une économie à faibles émissions de carbone. Pour en savoir plus, consultez le rapport commandé par les Verts/ALE du Parlement européen.

 

Le cadre macro-économique et financier du Green New Deal

Ce document de politique générale des Verts européens décrit comment nous pouvons établir un système économique au service des personnes et de la planète, comment les marchés financiers peut être mis au service de l’économie réelle et comment mettre en place une gouvernance économique efficace et durable, que ce soit dans l’Union Européenne ou au niveau international. Pour en savoir plus, consultez le document de politique générale des Verts européens.

 

Le Green New Deal peut stabiliser l’euro 

Les états membres de l’Union Européenne dépensent de plus en plus pour importer du pétrole, du gaz, du charbon et d’autres matières premières non renouvelables. Les entreprises, mais aussi les consommateurs et l’environnement souffrent de cette dépendance : les coûts élevés de ces importations ont donné lieu à une forte augmentation des nouveaux emprunts nets contractés par plusieurs pays de l’UE qui mettent donc en péril la stabilité même de la zone euro. En conséquence, certains états membres ont accumulé des dettes externes résultant en des déficits commerciaux intenables. En écologisant nos économies, le Green New Deal pourrait rendre obsolètes les importations les plus coûteuses, ce qui réduirait les déséquilibres macro-économiques et donc stabiliserait l’euro. Pour en savoir plus, consultez la publication d’un des Verts membres du Parlement européen.

 

Renforcer les économies régionales pour améliorer leur stabilité

En complément à la mondialisation, il est nécessaire de renforcer les cycles économiques régionaux, tels que l’agriculture respectueuse de l’environnement et le commerce local, les services et les structures de financement. Les éléments décentralisés du système économique améliorent la stabilité du système entier et atténuent les effets des crises.

Pour en savoir plus, consultez la publication de plusieurs Verts membres du Parlement européen.